• Commune de Paris 1871- Mur des Fédérés – 21 mai 2022

    Montée au Mur des Fédérés – 2022

    A l’occasion de la Commémoration de la Commune de Paris 1871, comme l’année dernière, c’est tout naturellement que l’ UJRE a signé l’appel commun et participera à l’animation de la Place des Fêtes, dans la matinée, avant de se joindre au cortège pour la traditionnelle montée au mur des Fédérés, ce prochain Samedi 21 Mai 2022.

    Nous y présenterons nos publications, avec bien sûr la Presse Nouvelle Magazine, au sein de cette belle occasion de discussions et de beaux échanges.

    Venez nous y retrouver nombreux!

  • Vive la Commune!

    LUJRE s’associe à l’appel des Amies et Amis de la Commune de Paris-1871 pour faire du 29 mai 2021 une grande journée populaire pour célébrer la Commune de Paris 1871…

    Rendez-vous sur la place de la République à Paris

    • à partir de 10 heures (rencontre avec les associations, animations, spectacles, prises de parole, pique-nique)
    • à 14 heures, départ en cortège populaire en direction du Père-Lachaise*.
    • Objectif : Montée au Mur des Fédérés.

    Oui, la Commune est vivante, vive la Commune ! Venez nombreux !

    * Le cimetière du Père-Lachaise est l’un des lieux les plus emblématiques de l’histoire de la Commune de Paris, les derniers combats de la Semaine Sanglante s’y déroulèrent, de nombreuses tombes de Communards s’y trouvent, l’associations des Amies et Amis de la Commune de Paris-1871 en a réalisé un parcours virtuel descriptif (https://parcours.commune1871.org).

    Nous sommes la jeunesse ardente qui veut escalader le ciel“, chantions-nous en 1946, jeunes adolescents juifs, “Cadets auprès de l’UJRE“, continuateurs de l’U.J.J. (Union de la Jeunesse Juive), mouvement de la “Résistance”, ou jeunes des patronages de la CCE (Commission centrale de l’Enfance auprès de l’UJRE), comme ci-dessus, ceux du patro du 11e, “Charles Wollmark” avec Robert Bober ou Sophie Schwarc… Et chaque année nous « montions » au Mur des Fédérés du Père-Lachaise, pour célébrer les valeurs universelles de liberté, d’égalité et de fraternité… Alors aujourd’hui, encore, toujours, plus que jamais !

    Mais pas de liberté sans égalité sociale ! L’insurrection de la Commune de Paris dont nous célébrons cette année le 150eanniversaire fit émerger le droit du travail, l’école gratuite et laïque pour tous, l’égalité d’accès à la justice, la liberté de la presse, la séparation de l’Eglise et de l’Etat, la promotion de l’art et de la culture… elle fut un modèle de souveraineté populaire.

    Aujourd’hui, la Commune de Paris reste une source d’inspiration et de confiance pour toutes celles et tous ceux qui se réclament, encore et toujours, des valeurs de la République démocratique et sociale, une République émancipatrice et universelle. Face à la haine intacte des Versaillais d’aujourd’hui, manifestons la solidarité joyeuse que stimule son héritage.

    Premiers signataires :

    Les Amies et Amis de la Commune de Paris-1871
    Le comité Belge des Amies et Amis de la Commune de Paris 1871
    Faisons vivre la Commune
    La chorale populaire de Paris
    La Fédération Anarchiste-Groupe Commune de Paris
    Les Garibaldiens
    L’ACER
    La ligue de l’enseignement
    Les Cercles Condorcet
    La Libre Pensée 75
    L’Institut de Recherches et d’Etudes de La Libre Pensée (Irelp)
    La FSU
    La FSU Ile de France
    L’Institut de recherches de la FSU
    Le SNEP-FSU
    Le SNES-FSU Paris
    Le SNUEP-FSU
    Le SNUipp-FSU Paris
    La Confédération Générale du Travail
    Union Départementale CGT de Paris
    Union Régionale Ile de France CGT
    Union locale CGT Paris 13e
    Union Départementale CGT du Val de Marne
    CGT Info’Com
    CGT – Institut d’Histoire Sociale
    CGT – Institut d’Histoire Sociale Ile de France
    CGT – FAPT
    CGT – Les postaux de Paris
    La SMAST CGT
    Fédération Nationale des Industries Chimiques CGT
    Fédération Nationale Agroalimentaire et Forestière CGT
    Le syndicat CGT Petite Enfance des services publics 75
    Le comité CGT de la ville de Paris
    Union syndicale Solidaires
    Union syndicale Solidaires Paris
    Union syndicale Solidaires Ile de France
    Union syndicale Solidaires 84
    Les ami.es de Solidaritat
    SUD Culture Solidaire
    SUD Commerces et Services Francilien-Solidaires
    L’Union Communiste Libertaire
    L’Association des Communistes Unitaires (ACU)
    Union Régionale Ile de France FO
    Union Départementale FO de Paris
    Syndicat FO du personnel de la Confédération
    Syndicat Unifié du Bâtiment de la Région Parisienne – Confédération Nationale du Travail
    UD CNT 95
    L’ARAC Villejuif
    L’ARAC Nationale
    Le Parti Communiste Français
    La Fédération de Paris du PCF
    La fédération du Val d’Oise du PCF
    La Section PCF Paris 13e
    La Section PCF Paris 20e
    La section PCF Boulogne Billancourt
    Le Mouvement des Jeunes Communistes Français Paris
    Pôle de Renaissance Communiste en France
    Le Parti Socialiste
    La fédération de Paris du PS
    Le mouvement des jeunes socialistes
    La section PS Paris 11e
    La section PS Paris 20e
    Europe Ecologie les Verts Paris
    Europe Ecologie les Verts 20e
    Le NPA
    Le NPA 20e
    Le NPA Fédération de Paris
    La France Insoumise
    Le Parti de Gauche
    Le Parti Radical de Gauche
    Génération•s
    Génération•s Paris
    Génération•s Paris 11e
    Génération•s Paris 20e
    Parti de la Démondialisation (PARDEM)
    Parti communiste des Ouvriers de France
    Ensemble !
    Association pour L’Histoire Vivante
    Le MRAP
    Loisirs Solidarité Retraités 75
    Comité National de Résistance et de Reconquête
    Comité Local de Résistance et de Reconquête- 13-14
    L’Association Louise Michel – Vroncourt la Côte
    Rouges Vifs Ile de France
    Communardes et communards- en lagunak
    Collectif Vive la Commune de 1871
    Association pour une Constituante
    UJRE – Union des Juifs pour la Résistance et l’Entraide
    MRJ/MOI Mémoire des résistants Juifs de la M.O.I.

    Les Pionniers de France
    Organisation des Femmes Egalité
    Les cahiers d’Histoire : Revue d’Histoire Critique
    Les Editions Syllepse
    La Ligue des Droits de l’Homme (LDH)
    Comité régionale Ile de France de la Ligue des droits de l’Homme
    La CGT spectacle
    L’Odéon occupé
    Les Grains de Sel
    Résistance Sociale
    La Gauche Démocratique et Sociale (GDS)
    Coordination Internationale des Organisations Révolutionnaires (ICOR)
    République et Socialisme
    Union syndicale des Retraités CGT du Val d’Oise
    La gauche républicaine et socialiste (GRS)
    La GRS Ile de France
    La GRS Paris

  • « Non » à l’extrême droite, pour la justice et l’égalité!

    L’UJRE se joint à l’appel unitaire lancé par la Ligue des Droits de l’Homme,  à rassemblements le samedi 16 avril partout en France et à Paris à 14h place de la Nation

    L’extrême droite est à nouveau présente au second tour de l’élection présidentielle, forte d’un niveau de voix jamais atteint. Nous refusons de la voir accéder au pouvoir.

    Les causes en sont diverses et anciennes, elles ont été analysées et sont connues. Les responsabilités sont à chercher du côté des politiques ultralibérales menées depuis des années qui ont exacerbé les injustices et les inégalités sociales, enfoncé des territoires et des populations dans la précarité et le désarroi. Nos organisations les ont combattues, comme elles ont dénoncé les attaques portées contre les libertés. Elles les dénonceront encore demain, sans désemparer face à l’adversité.

    L’urgence, aujourd’hui, c’est d’affirmer collectivement la force des idées et des valeurs qui nous rassemblent. Elles sont constitutives de la démocratie et totalement incompatibles avec la haine, la xénophobie, la démagogie nationaliste et la mise en opposition de tous contre tous que portent les mouvements d’extrême droite.

    En rejetant Marine Le Pen, il s’agit d’empêcher l’avènement d’un projet de société destructeur de l’État de droit, de la république démocratique sociale et solidaire que nous défendons chaque jour. Il s’agit de dénoncer son programme trompeur qui frapperait durement les plus faibles, les plus démunis, les femmes, les personnes LGBTI ou étrangères.

    Ensemble, nous voulons réaffirmer que la devise « Liberté, Egalité, Fraternité » doit, plus que jamais, rester à l’ordre du jour, pour toutes et tous, sans exclusive ni distinction. Dans la diversité de nos approches et formes d’actions, nous voulons construire un destin commun de justice sociale et environnementale autour de l’égalité des droits, par le débat démocratique, un dialogue social et civil renforcé, un État de droit qui garantisse pleinement nos libertés, une République laïque et solidaire, protectrice de l’arbitraire, riche de services publics confortés, reconnus, bénéficiant des moyens de leur pleine efficacité.

    Cette ambition commune serait gravement mise en cause avec l’arrivée au pouvoir de l’extrême droite.

    C’est pourquoi, ensemble, nous invitons chacune et chacun à participer à de larges rassemblements populaires dans toutes les communes de France et à Parisle samedi 16 avril 2022 autour d’un même appel : 

    « Contre l’extrême droite et ses idées, pas de Marine Le Pen à l’Élysée ». 

     

    Premiers signataires :

    Ligue des droits de l’Homme (LDH), Confédération générale du travail (CGT), Confédération paysanne, Fédération des associations générales étudiantes (Fage), Fédération syndicale unitaire (FSU), Fédération syndicale étudiante (FSE), Mouvement national lycéen (MNL), Syndicat des avocats de France (Saf), Syndicat de la magistrature (SM), Syndicat national des journalistes (SNJ), Union nationale des étudiants de France (Unef), Union syndicale Solidaires, Vigilance et initiatives syndicales antifascistes (Visa), ActionAid France, Action non-violente COP21, Alternatiba, Amis de la Terre France, APF France handicap, Assemblée citoyenne des originaires de Turquie (Acort), Association culturelle des travailleurs immigrés de Turquie, Association des familles des prisonniers et disparus Sahraouis (AFAPREDESA), Association des femmes de l’Europe méridionale (Afem), Association des Marocains de France (AMF), Association des parents et futurs parents gays et lesbiens (APGL), Association de promotion des cultures et du voyage, Association des travailleurs maghrébins de France (ATMF), Attac France, Campagne antiracisme et solidarité, Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active (Ceméa), Centre de recherche et d’information et de développement (Crid), Centre de recherches et d’initiatives de solidarité internationale (Cedetim), La Cimade, Coalition libertés associatives, Collectif Chabatz d’entrar de la Haute-Vienne, Collectif Front populaire écologique, CGT de Mediapart, Collectif Ganges solidarités (CGS), Collectif ivryen de vigilance contre le racisme (CIVCR), Collectif national pour les droits des femmes (CNDF), Collectif les Outils du soin, Collectif pour l’avenir des foyers (Copaf), Collectif Unis pour le climat, Comité pour les relations nationales et internationales des associations de jeunesse et d’éducation populaire (Cnajep), Comité pour le respect des libertés et des droits de l’Homme en Tunisie (CRLDHT), Confédération nationale du logement (CNL), Coordination nationale Pas sans nous, Droit au logement (Dal), Les effronté-es, Emmaüs France, Enseignant.e.s pour la planète, Extinction Rebellion, Education World 86, Fasti, Fédération Citoyens & Justice, Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE), Fédération des mutuelles de France, Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR), Fédération indépendante et démocratique lycéenne (FIDL), Fédération internationale pour les droits humains (FIDH), Fédération nationale des arts de la rue (Fnar), Fédération nationale des Francas, Fédération nationale Solidarité femmes, Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT), Festival Femmes en résistance, Fondation Copernic, France Amérique Latine (Fal), Front social (FS), Greenpeace France, Groupe accueil et solidarité (Gas), HES LGBTI+, Inter-LGBT, Jeunesse au plein air (JPA), Ligue de l’enseignement, Ligue des femmes iraniennes pour la démocratie (LFID), Marche mondiale des femmes France, Marche des solidarités, Mediapart, Mémorial 98, Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Mrap), Mouvement de la paix, Mouvement Utopia, Observatoire national de l’extrême-droite, Oxfam France, Osez le féminisme, Planning familial, Réseau d’actions contre l’antisémitisme et tous les racismes (RAAR), Réseau Euromed France (Ref), Réseau Ruptures, Solidarité Laïque, SOS Racisme, Syndicat national des arts vivants (SYNAVI), Tous Migrants, Union des femmes socialistes (SKB) – Belgique, Union fédérale d’intervention des structures culturelles (Ufisc), Union juive française pour la paix (UJFP), Union nationale Retraités et personnes âgées fédération de Paris (UNRPA), Uniopss, L’Union des Juifs pour la résistance et l’entraide (l’UJRE), La Voix lycéenne, 350.org

     

  • C’était un samedi : la déportation des Juifs de Ianina

    L’UJRE Signale:

    Au Théâtre de La Commune d’Aubervilliers, du 24 au 27 Juin 2021

    C’était un samedi : Μέρα Σάββατο

    de Irène Bonnaud, Joseph Eliyia, Dimitris Hadzis, avec Fotini Banou (jeu, chant)

    20-21 c’était un samedi

    Présentation de la pièce par le Théâtre de la Commune d’Aubervilliers:

    C’était un samedi, en 1944, dans la ville grecque d’Ioannina.

    L’une des plus anciennes communautés juives du continent européen – ni ashkénaze, ni séfarade, mais « romaniote » – fut massivement déportée par la Wehrmacht dans le camp d’Auschwitz. Dans le sillage de Guerre des paysages, Irène Bonnaud fait de la Grèce l’ombre portée de notre histoire.

    À la croisée du documentaire, de la musique et de la littérature, ce théâtre de la mémoire puise dans les traditions musicales de l’Épire, comme dans les témoignages des rescapés pour exhumer les rêves enfouis dans le passé et conjurer les cauchemars des vivants. Mais qui d’autre que l’écrivain Dimitris Hadzis, militant communiste et natif d’Ioannina, pour nous rassembler autour de ce récit ?

    De son recueil de nouvelles La Fin de notre petite ville, et en particulier celle intitulée « Sabethaï Kabilis », le spectacle retient l’entrelacement de deux trajectoires intimes avec la terrible destinée de cette communauté.

    Dans un contexte vif de lutte des classes, le rapport que Sabethaï Kabilis, notable, scelle avec son presque fils adoptif Joseph Eliyia, prof de français, poète, militant communiste et traducteur de la Torah, symbolise tout autant une relation père-fils impossible qu’un destin collectif.

    C’était un samedi donne à entendre leurs voix, puisque les deux protagonistes ont réellement existé, ainsi que, dans une chronique écrite par Irène Bonnaud, celles des quelques rares survivantes et survivants déportés. Il nous plonge également dans le souvenir mélancolique d’un monde pratiquement disparu, et la beauté de ses élégies.