• Conférence “Les étrangers dans la Résistance” – Mairie de Paris 10ème


    En partenariat avec la Mairie du 10° arrondissement de Paris, les associations du 14 rue de Paradis (Mémoire des Résistants Juifs de la Main d’Oeuvre Immigrée, MRJ-MOI ; Amis de la Commission Centrale de l’Enfance, AACCE ; Union des Juifs pour la Résistance et l’Entraide, UJRE) ont le plaisir de vous inviter lundi 26 février 2024 à 18h30, à la conférence-débat sur “Les étrangers dans la Résistance“, animée par Denis Peschanski, historien, directeur de recherche émérite au CNRS.

    N’oubliez pas, l’inscription est obligatoire à l’adresse, en envoyant une demande à : mrjmoi@mrj-moi.com

  • L’UJRE réaffirme sa position

    L’UJRE dénonce une dangereuse irresponsabilité

    À la mi-octobre 2023 et suite à l’abominable attaque terroriste commise par le Hamas le 7 octobre, l’Union des Juifs pour la Résistance et l’Entraide (UJRE) publiait un communiqué.
    Dans celui-ci, nous rappelions que cet acte barbare avait blessé plus de 2 000 personnes, causé la mort de plus de 1 200 militaires et civils, femmes, enfants, personnes âgées et la prise de près de 200 otages, essentiellement des civils, femmes et enfants de diverses nationalités.
    Dans ce communiqué, nous condamnions également, sans aucune réserve, la façon dont le gouvernement israélien d’extrême droite avait réagi, adoptant une posture vengeresse caractérisée par un blocus total de la bande de Gaza accompagné de bombardements ininterrompus.
    Nous alertions sur les risques majeurs que provoquerait une intervention terrestre. Celle-ci a débuté le 27 décembre 2023.
    Le bilan est aujourd’hui catastrophique. Le pilonnage permanent de la bande de Gaza ne peut que causer des milliers de victimes, comme l’attestent les témoignages de nombreux observateurs internationaux. Ces victimes sont principalement des civils dont énormément d’enfants. L’enclave palestinienne est aujourd’hui un champ de ruines et malgré les appels au cessez-le-feu prodigués par les Nations Unies et bon nombre d’États, le gouvernement de Netanyahou reste impassible et poursuit son offensive mortifère, alors que la très grande majorité des otages est toujours enfermée à Gaza.
    Nous le redisons aujourd’hui, la guerre entraîne la guerre. Deux forces d’extrême droite se combattent.
    D’un côté le gouvernement israélien, doté de quatre ministres fascistes, dirigé par un Premier ministre qui espère, via ce conflit, sauver sa tête suite, entre autres, à la décision de la Cour suprême d’invalider une disposition majeure de la réforme judiciaire et totalement antidémocratique, entreprise par le gouvernement et visant à ôter aux juges le droit de se prononcer sur « le caractère raisonnable » des décisions du gouvernement.
    De l’autre, un groupe terroriste fasciste, financé par des États islamiques, qui tient toute la population de Gaza sous son diktat et dont le rêve absolu est de rayer Israël de la carte en jetant les juifs à la mer. Aucune personne sensée et a minima objective ne peut prétendre que cette organisation milite pour le droit des Palestiniens à disposer d’un État libre et indépendant.
    Nous ne pouvons pas, dans ce communiqué, ne pas répondre de façon argumentée à une association juive se réclamant de la paix (UJFP) qui tient des discours intolérables en pratiquant un confusionnisme permanent, mélangeant le soutien juste et absolu à apporter à la lutte du peuple palestinien pour le respect de tous ses droits à celui d’une organisation meurtrière, le Hamas (cf. communiqué du 7 février 2024 : https://ujfp.org/non-monsieur-macron-lantisemitisme-nest-pas-la-cause-du-massacre-du-7-octobre/).
    L’UJFP ose y écrire :
    « les victimes de l’attaque du 7 octobre n’ont pas été tué.es en tant que juifs/ves. Pour leur malheur hélas, elles ont été tuées en tant que membres d’un État colonial et désormais fasciste ».
    Pouvons-nous imaginer que si le festival de musique avait été organisé par des Israéliens arabes, il aurait été attaqué de la même façon? Si nous considérons que les citoyens israéliens, qu’ils soient juifs ou arabes, sont « membres » d’un État colonial et fasciste, comme l’écrit l’UJFP, il devient donc légitime pour combattre cet État d’en éliminer le plus de membres possibles !
    « jusqu’à la brèche du 7 octobre
    Si l’attaque terroriste du 7 octobre est considérée comme une brèche, cela signifie qu’elle peut être considérée comme un « détail » et qu’il y aura une suite !
    «Résister à l’occupation et à l’oppression est un droit et même un devoir
    L’UJFP ose prétendre que l’attaque du 7 octobre est un acte de résistance nécessaire. Le Hamas, islamiste, qui a décimé le Fatah à Gaza et qui tient la population gazaouie sous son joug serait donc une organisation de résistance ? Qui peut entendre une telle affirmation ?
    Soutenir le Hamas comme le fait l’UJFP, c’est soutenir le gouvernement d’extrême droite israélienne, et vice versa ;
    Soutenir le Hamas comme le fait l’UJFP, c’est éloigner toute possibilité de mise en place d’une solution politique permettant la création d’un État palestinien pacifique;
    Soutenir le Hamas comme le fait l’UJFP, c’est favoriser l’accroissement de l’antisémitisme et de l’islamophobie en France et partout dans le monde.
    La position de l’UJRE, en tant qu’organisation juive, laïque et progressiste, n’a jamais varié :
    La communauté internationale, la France en particulier, se doit de réagir de toute urgence, après avoir gentiment glissé sous le tapis la question palestinienne, depuis plus de vingt ans, sans contrarier ni condamner la volonté d’Israël d’annexer la Cisjordanie, et sans créer les conditions d’une reprise de dialogue avec les représentants de l’Autorité palestinienne, seule organisation susceptible de pouvoir négocier une paix juste, durable, avec comme socle une solution à deux États, dans le respect des résolutions des Nations Unies.
    Cela passe par un retrait immédiat de l’armée israélienne de la bande de Gaza, par la reconnaissance d’un État palestinien, par la fin du blocus opéré sur la bande de Gaza, par le début de la décolonisation et par le respect de la population palestinienne vivant en Cisjordanie.
    À l’instant où nous nous apprêtons à publier le présent communiqué, nous prenons connaissance d’une nouvelle ineptie proférée par l’UJFP concernant l’entrée de Missak et Mélinée Manouchian au Panthéon (cf. communiqué UJFP du 17 février 2024 : https://ujfp.org/pantheoniser-les-manouchian-cest-les-trahir/).
    Dans celui-ci, l’UJFP considère que «Mêler leurs cendres (celles du couple Manouchian) à celles des militaires napoléoniens ou d’économistes libéraux est une trahison. Assigner à leur vie un prétendu combat pour la “patrie française” est une trahison».
    L’UJFP montre par cette phrase combien elle méconnait l’histoire des FTP-MOI dans laquelle s’inscrit celle du groupe Manouchian. Les principales caractéristiques des « 23 » du groupe Manouchian : ils sont tous communistes, patriotes, presque tous étrangers et pour la moitié juifs. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si après quelques décennies de lutte, ils ont tous obtenu le droit d’être reconnus «Morts pour la France».
    Ou encore «Isoler les Manouchian et oublier qu’ils appartenaient à un groupe combattant, est une trahison. »
    Rappelons ici que le protocole prévoit qu’à côté du caveau n° 13 où reposeront Missak et Mélinée, soit apposée une plaque commémorative comportant les 23 noms, inscrits en lettre d’or, des fusillés ainsi que celui du dirigeant des FTPF de la région parisienne, Joseph Epstein, «le colonel Gilles».

    L’UJRE, Paris, le 19 février 2024

  • Rassemblement et hommage populaire aux 23 FTP – MOI de l’affiche rouge

    De nombreuses conférences sont organisées à l’occasion de l’entrée au Panthéon de Missak et Mélinée Manouchian.

    Parmi ces manifestations, un hommage populaire et unitaire est convoqué à Paris, auquel nous nous joignons. L’UJRE y sera présente.

    Missak, héros de la résistance, chef militaire des Francs-Tireurs et Partisans de la main d’œuvre immigrée (FTP-MOI) de la région parisienne. Mélinée, sa femme, commissaire militaire des FTP-MOI, décédée en 1989.

    Avec cette entrée au Panthéon ce sont aussi les 22 autres membres du groupe Manouchian dont les noms seront gravés en lettres d’or avec celui de Joseph Epstein qui accèdent à la plus haute reconnaissance de la France. Arrêtés en novembre 1943, torturés, condamnés à mort et exécutés le 21 février 1944 au Mont-Valérien pour 22 d’entre eux, le 10 mai pour Olga Bancic, seule femme du groupe, décapitée à Stuttgart.

    Ils étaient d’origines et de confessions diverses : Arméniens, Espagnols, Italiens, Français, Polonais, Juifs d’Europe de l’est… ils avaient également vécu des histoires différentes. Ils étaient unis contre le nazisme et le fascisme. Ils avaient la farouche volonté de combattre ce mal afin de retrouver la paix et la liberté.

    Ils avaient cette conscience de classe qui en faisait des humanistes, des internationalistes. Ils sont tombés en héros, en martyrs, en défendant des valeurs de fraternité, de solidarité, de paix, au plus proche de leur communauté d’origine. Ils sont un symbole de lutte contre les idées nauséabondes de l’extrême droite, qui cherche à diviser.

    Ce 21 février, « le peuple français honorera la mémoire » des résistants du groupe Manouchian, comme en était persuadé Missak dans la dernière lettre écrite à sa femme Mélinée avant de mourir. Celle qui disait de lui « sa vie était un combat perpétuel – un combat pour sa propre dignité c’est-à-dire pour la dignité de tous les Hommes ».
    RDV au 11 rue Plaisance, à 16h (75014 – Paris), dernier domicile de Missak Manouchian avant son arrestation en novembre 1943.

    Écrivons la suite des jours heureux !

  • Comment éviter la montée de l’extrême droite dans le monde et en France?

    Faire  face aux périls de l’extrême droite, dans le monde et en France

    mardi 13 février 2024 à 14h30

    14 rue de Paradis, bâtiment B

    L’UJRE a le plaisir de reprendre ses activités, cette année, par une conférence qui se tenait en nos locaux pour ceux qui pouvaient se déplacer, ou bien en visioconférence pour ceux qui ne le pouvaient pas.

    Avec l’accord des conférenciers, nous mettons à disposition l’enregistrement de cette rencontre qui, après le partage d’importantes réflexions, n’ayant pas, faute de temps, épuisé son sujet, sera assurément prolongée par d’autres rencontres.

  • Hommage aux résistants du groupe de résistants Manouchian Boczov

    Comme chaque année, nous vous invitons à vous joindre à la cérémonie commémorative organisée sans aucune interruption depuis 1945 par l’A.N.A.C.R. – avant elle ce fut l’Association des anciens FTP, dont elle est la continuité – dédiée à la mémoire des 23 résistants connus sous le nom de “Groupe Manouchian-Boczov” et fusillés le 21 février 1944.
    La cérémonie prend place sur les lieux mêmes où sont inhumés ces héros immortalisés par “l’Affiche Rouge” : le Carré des Fusillés du Cimetière Parisien d’lvry, où elle se déroulera cette année le mercredi 7 février2024, à 11 h (On se réunira à partir de 10 h 30 au Cimetière parisien d’lvry). Le choix de cette date découle de la volonté que la cérémonie annuelle se déroule aussi cette année avec la présence de Missak Manouchian parmi ses compagnons de l'”Affiche rouge” à ses côtés en ce cimetière d’Ivry, avant le début à la mi-février des opérations de son transfert vérs le Panthéon accompagné de son épouse Mélinée.
    Car, placée sous la présidence effective d’Anne-Marie Montaudon et de Pierre Martin, présidente et président de I’ANACR, Chevalière et Chevalier de la Légion d’honneur, la cérémonie 2024 sera celle du 80ème anniversaire du martyre du Groupe Manouchian-Boczov, des héros de l'”Affiche rouge”, ces combattants FTP-MOI, qui ont par leur lutte et leur sacrifice grandement contribué à la libération de la France et à la victoire sur le nazisme, et sera aussi celle de I’année de I’entrée le 21 février au Panthéon de Missak MANOUCHIAN, symbole de cette lutte et de ce sacrifice.
    Une allocution sera prononcée par Jean-Paul BEDOIN, Secrétaire général-adjoint de I’ANACR, qui rappellera les hauts faits des “23 de I’Affiche Rouge”.
    Sera aussi retracée, lors de cette cérémonie de mercredi 7 févrie4 la part prise dans les combats de la Résistance en France ainsi qu’à ceux de la France Libre, par des immigrés de toutes nationalités, au premier rang desquelles ceux de “d’Affiche Rouge”, et sera plus particulièrement cette année évoqué I’engagement d’immigrés Géorgiens.
    Des gerbes seront déposées.

  • Soirée d’hommage à l’occasion de l’entrée de Missak et Mélinée Manouchian au Panthéon

    Soirée d’hommage à l’occasion de l’entrée de Missak et Mélinée Manouchian au Panthéon

    5 février 2024 au siège du PCF, 2 place du Colonel Fabien, Paris 19ème, à partir de 18h30

    C’est avec plaisir que nous relayons cette information que nous a transmise l’association Mémoire des Résistants Juifs de la M.O.I. (MRJ-MOI), dont le film, “Nous étions des résistants”, sera projeté lors de la soirée d’hommage organisée par le Parti Communiste Français en ses locaux (détails ci-dessous) à l’occasion de l’entrée de Missak et Mélinée Manouchian au Panthéon.
    Nous vous invitons à participer à cette soirée d’hommage.
    Pour vous inscrire à cette soirée, remplir ce formulaire (clic) : https://www.pcf.fr/soiree_hommage_manouchian.

    Le lundi 5 février 2024 au siège du PCF 2, place du Colonel Fabien, Paris 19ème sera célébrée l’entrée au Panthéon de Missak Manouchian et Mélinée. 

    • Fabien Roussel, Secrétaire national du PCF, introduira la soirée à 18h30.
    • Denis Peschanski, historien, directeur de recherche au CNRS, (Membre du Conseil scientifique de MRJ-MOI)
    • Jean-Pierre Sakoun président d’unité Laïque,
    • Jean Vigreux historien,
    • Pierre Ouzoulias sénateur communiste animeront une table ronde consacrée à Missak Manouchian, au rôle des étrangers dans la Résistance et à l’histoire de cette Panthéonisation.

    Puis “Nous étions des combattants” le documentaire réalisé par Pauline Richard et Pierre Chassagnieux sera projeté en présence des réalisateurs et de membres de MRJ-MOI qui a recueilli l’essentiel de ces témoignages et produit le film.

    Il relate l’épopée de 8 jeunes Juifs communistes qui avaient entre 14 et 17 ans à leur entrée en Résistance, lors de l’occupation allemande.

    Un pot de l’amitié conclura la soirée.

    Nous vous tiendrons informés très prochainement des modalités d’inscription.

  • Gare de Bobigny: 79ème anniversaire de la libération d’Auschwitz – Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l’humanité

    Commémoration du 79ème anniversaire de la libération d’Auschwitz,

    Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l’humanité

    27 Janvier de 10h00 – 12h00

    Mémorial de l’Ancienne Gare de Déportation de Bobigny, 69/151 avenue Henri-Barbusse.

    L’UJRE vous invite à répondre à l’invitation du Maire de Bobigny en vous joignant, désormais dans un site national de mémoire ouvert au public, à la commémoration de l’anniversaire de la libération d’Auschwitz qui est aussi journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l’humanité.

    https://www.bobigny.fr/que-faire-a-bobigny/l-agenda-133/journee-de-la-memoire-des-genocides-et-de-la-prevention-des-crimes-contre-l-humanite-2620.html?cHash=3f69be1092c79cd620e44141deecd107

  • Contre la promulgation de la loi immigration

    Dimanche 21 janvier,

    marchons tous contre la loi immigration pour demander sa non-promulgation !

    Comme nous l’avons fait savoir à nos adhérents et amis, ce dimanche 21 janvier, 201 personnalités* de tous horizons, culturel, associatif, syndical et politique, appellent à se mobiliser pour exiger que le président de la République ne promulgue pas la loi dite « immigration » qui déshonore la France.

    Fondée par des résistants de la M.O.I, pour la plupart immigrés d’Europe de l’Est, l’Union des Juifs pour la Résistance et l’Entraide (UJRE) vous appelle tous à participer très largement à cette marche, qui se déroulera, à Paris, à partir de 14 heures, de la Place du Trocadéro à la Place de la Concorde.

    * Texte complet de l’appel sous ces liens :

    https://www.humanite.fr/politique/loi-immigration-darmanin/201-personnalites-appellent-a-marcher-contre-la-loi-immigration

    https://www.mediapart.fr/journal/france/180124/dans-l-air-libre-jeudi-19-heures-elle-deshonore-la-france-dimanche-21-janvier-une-marche-contre-la-loi-imm

     

  • Hommage aux fusillés du 15 Décembre 1941

    Samedi 16 Décembre

    Cimetière du Père-Lachaise devant le monument d’hommage aux FTP-MOI

    Paris 20ème, rendez-vous à 14h.45 à l’entrée Gambetta (rue des Rondeaux)

    À l’occasion du 82e anniversaire des premières exécutions massives d’otages en France, Mémoire des Résistants Juifs de la M.O.I. (MRJ- MOI), Union des Juifs pour la Résistance et l’Entraide (UJRE), Association des Amis de la Commission Centrale de l’Enfance (AACCE) vous prient de bien vouloir assister le samedi 16 décembre 2023, à 15h, à l’hommage qui sera rendu aux 95 otages, parmi lesquels 52 juifs fusillés le 15 décembre 1941, et à tous les résistants juifs victimes du nazisme

     

  • Contre la recrudescence en France de l’antisémitisme !

    Marche contre l’antisémitisme.
    Dimanche 12 novembre, à 14h00, Esplanade des Invalides

    Vous le savez, l’Union des Juifs pour la Résistance et l’Entraide s’est jointe à l’appel initialement lancé par le PCF, le PS et EELV. Depuis, d’autres forces politiques de gauche s’y sont jointes telles que Gauche Républicaine et Socialiste, Les Radicaux de Gauche, Le Mouvement Républicain et Citoyen, La Nouvelle Gauche ainsi que la Ligue des Droits de l’Homme, le Mouvement de la Paix ou encore Mémoire des Résistants Juifs de la Main d’Œuvre Immigrée, l’Association des Amis de la Commission Centrale de l’Enfance ainsi que des organisations de jeunesse telles que le Mouvement des Jeunes Communistes de France, Les Jeunes Socialistes, des syndicats étudiants…

    Tous participeront au cortège commun qui formera un cordon républicain contre l’antisémitisme et tous les fauteurs de haine et de racisme. Alors que nous vivons une recrudescence d’actes antisémites, il est important de participer à cette marche pour dire notre volonté de combattre sans faiblesse l’antisémitisme.

    Ce combat contre l’antisémitisme, pour la République, doit se faire dans la clarté. C’est la raison pour laquelle nous affirmons que les forces d’extrême droite n’y ont pas leur place. Ne leur laissons pas cette place, soyons présents !

  • Cessez-le-feu à Gaza, pour la protection du peuple palestinien, la paix et la justice au Proche-Orient

    Manifestation Samedi 11 Novembre

    à 14h30 Place de la République.

    📍Angle Place de la République et Avenue de la République

    Après les attaques terroristes du Hamas et face aux crimes de guerre de l’armée israélienne à Gaza, la mobilisation pour le cessez-le-feu et la protection du peuple palestinien, la paix et la justice au Proche-Orient.

    L’UJRE invite tous ceux qui sont attachés à la reconnaissance mutuelle et à une paix juste, à nous rejoindre à la manifestation.